mardi 23 janvier 2018

Comment ne pas être insensible ... y a t'il de bonnes réponses face à l'endométriose

Ces dernières semaines j'ai été émue de lire que la chroniqueuse Enora Malagré, quasi le même âge et la même taille que moi (là s'arrêtent les comparaisons) décidait de se faire retirer son utérus afin de tenter d'être soulagée de ses douleurs d'endométriose. Abonnée et adhérente des associations BAMP et Endofrance, j'ai été touchée par cette décision alors j'ai pris mon clavier pour lui demander si elle avait étudié d'autres solutions.

Je ne lui ai pas écrit "en tant que femme" pour lui dire qu'il y avait toujours un espoir d'être enceinte (comme point commun nous avons toutes deux fait aussi le deuil de l'enfant porté au creux de notre ventre). J'ai voulu la prévenir au cas où elle ne le sache pas (ce qui m'étonnerait), que l'hystérectomie n'était pas forcément la solution pour anéantir notre maladie.

Face à l'endometriose et qui plus est à face à l'adenomyose (endometriose interne à l'utérus), faire le choix (est ce le bon mot ?) de se faire enlever l'utérus voir les ovaires, ce n'est plus seulement mettre fin au désir d'enfant, c'est avant tout espérer la fin des douleurs lancinantes.

Il n'y a pas une réponse et une thérapeutique face à l'endométriose mais j'ai écouté plusieurs témoignages de femmes non soulagées après un tel geste chirurgical car mal conseillées. Souvent l'une des raisons était la présence de foyers d'endométriose a proximité de nerfs ou à l'extérieur de l'utérus. De ce fait traiter une partie du problème ne pouvait pas solutionner la totalité des lésions. Mais d'autre fois cela soulage vraiment après une période plus ou moins difficile de convalescence post opératoire. Ce geste en tous les cas m'interroge...

J'ai envie de dire aux femmes touchées de prendre le temps de se documenter auprès des associations, d'avoir plusieurs avis de spécialistes, centres experts. On peut être très mal guidé chez notre gynécologue de famille ou par le centre hospitalier du coin.

Une pensée à celles qui passent ce pas parce que le reste n'a jamais fonctionné. Je vous souhaite de trouver en 2018 du répit face à cette maladie.

Et en lien, l'interview d'Enora Malagré chez Europe 1 : "L'Hystérectomie n'est pas toujours un remède face à l'endométriose" : 


2 commentaires:

  1. Merci pour ce poste. Suite à son "annnonce" j ai ete plusieurs fois interroger sur pourquoi moi je faisais pas cette opération ! Je lui souhaite que ca soit une solution pour elle mais no way pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas la solution pour toutes en fait. Je vais prendre un nouvel avis sur l'endométriose mercredi qui arrive. La recherche a avancé. La tienne a augmenté ou tu as des douleurs ? La mienne peut peut être géner la nidation d'un embryon alors je vais me renseigner.

      Supprimer

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)