jeudi 11 décembre 2014

Le déploiement progressif de mes ailes de future maman


Au début, l'arrivée d'un bébé me rendait euphorique.
Je me rappelle lorsque le premier fils de mon frère est né, de suite, j'ai sauté dans ma voiture, direction la maternité, photo du bébé imprimé dans mon portefeuille pour le rencontrer. Je suis restée plusieurs heures à le regarder, folle d'amour pour lui.

Puis, l'espoir de devenir maman s'est amoindrit au fur et à mesure que notre temps en PMA augmentait. Pour me protéger, vu que rien n'était sûr pour nous, j'ai réduit mon élan vers ce rêve de maternité. Je crois que notre projet de famille était trop obscur, incertain, pour que je puisse me laisser aller dans mes émotions, dans mes gestes avec les bébés et les enfants.

Cette carapace s'est fissurée il y a deux ans bientôt.

Amélie avait 9 mois, sa maman m'avait timidement demandé de la garder pour aller faire du ski. C'était l'heure de la sieste mais elle pleurait beaucoup. J'ai essayé la technique pour la rassurer "Papa et maman sont sortis cet après midi, ils sont revenir, je suis avec toi et il faut faire un gros dodo". Une fois, deux fois, trois fois (j'attendais plusieurs minutes ), rien ... J'ai donc décidé de la prendre dans mes bras et de la bercer pour la calmer. Après les sanglots passés, j'ai senti sa petite tête s'alourdir sur moi et elle s'est endormie. Je me suis dit que si elle avait pu se relâcher (ok, elle était fatiguée), c'est aussi parce qu'elle me faisait confiance. Cela a provoqué un déclic. Mon désir de maternité qui hibernait, s'est réveillé.

A son contact et avec la place qui nous a été laissée auprès d'elle par ses parents, nos amis, un lien d'attachement fort s'est créé. Elle m'a fait grandir, a contribué à déployer mes ailes de future maman. J'ai joué avec elle aux jeux d'éveil, de premier âge. Je lui ai chanté de petites comptines, maintenant, le lui lis les histoires de Tchoupi avant qu'elle ne s'endorme. Je lui ai donné des biberons, des purées de légumes. Y'a que sur la question du change que je reste encore novice mais mon apprentissage (je le dis en rigolant) a débuté.

Au cours de l'agrément, j'ai compris qu'on deviendrait sûrement parent, Cela m'a libérée du poids d'une vie sans enfant que j'ai pu craindre.

Aujourd'hui, je me sens prête à devenir maman à mon tour. Chaque contact avec des enfants en bas âge me le fait ressentir, j'ai hâte. Ma Bai Jia Bei en est à sa moitié tout comme je l'espère notre démarche d'adoption.

Au groupe de parole entre adoptants, j'ai un peu eu l’impression d'être une extraterrestre en évoquant que depuis quelques mois je stockais dans mon garage, des affaires de puériculture données par nos proches. Pour la plupart des couples, c'était peut être trop tôt. Moi, j'aime me dire que je construis par petites touches notre avenir à 3 tout en vivant heureux notre présent à 2.

10 commentaires:

  1. Je ne t'oublie pas , te lire me bouscule chaque fois .Bises
    Karine
    patchoulik.canalblog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas de soucis. il me manque une quarantaine de coupons?
      Tu as offert des bai jia bei à des bébés parce que justement je m'interrogeais sur la forme soit une petite couverture avec des coupons des 2 côtes soit un plaid (mais il va être énorme vu que les morceaux de tissus font 16 sur 16). J'y réfléchis. OK pour la symbolique mais dès le début avec notre petit bout.

      Supprimer
  2. Ton message est très touchant et émouvant. Je te trouve forte de réussir à acheter pour votre futur enfant, j'en serai bien incapable pour l'instant. En même temps, je trouve ta démarche très saine, cela permet de garder espoir, de se dire que devenir parents sera possible malgré les années d'attente qui se profilent encore.
    Notre chambre d'enfant est vide à l'heure actuelle, et oui peut être qu'il serait "bien" de la garnir petit à petit...
    Bravo pour ce cheminement, tout en réussissant à profiter de la vie à deux.
    Merci de partager ton vécu qui me font réfléchir du coup...
    Mouchette

    RépondreSupprimer
  3. J'ai juste acheté une sortie de bain cette semaine, elle était corail et avec une chouette, deux choses qui me convenaient très bien. Autrement je garde ce qu'on peut me donner. Ici, j'ai "juste un siège auto, un sac de rando pour mettre le petit bout et une poussette canne vieille de dix ans retrouvée lors d'un déménagement. Chez me belle famille il y a un lit qui attendra un an et demie au moins avant d'être peint. Autrement dans la maison, la chambre futur bébé est une chambre d'amis.

    http://pour2grainesetdesbijoux.blogspot.fr/2014/04/la-troisieme-chambre-2-sest-transformee.html

    et avant :

    http://pour2grainesetdesbijoux.blogspot.fr/2012/09/la-troisieme-chambre-1.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les liens !
      J'aime beaucoup les couleurs choisies ! Tout comme vous, notre intérieur est très coloré, et nous avons les mêmes couleurs, mais pas dans les mêmes pièces. (sauf la cuisine !)
      Est-ce que ton homme a peint ce que tu souhaitais dans cette chambre depuis ?

      Supprimer
    2. non, pas encore.... au printemps ou cet été je pense.
      ;-)

      Supprimer
  4. Des mots très sincères, très touchants.
    Vivement l'envol....
    Plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2016 ou 2017 à moins que le destin joue les troubles fêtes de façon joyeuse.

      Supprimer
  5. Coucou jolie fée c'est ti molokoy je suis contente de te lire je suis même touchée par ton parcours. Je suis admirative de ta force pour ne pas te laisser abattre. ...tes ailes de maman tu les as il faut juste les laisser grandir pour que ton coeur soit rempli de bonheur. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon prénom qui donne des ailes ;-) Les ailes oui elles attendent de voler, elles se sont ouvertes, elles existent

      Supprimer

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)