jeudi 1 mars 2012

Je commence à remplir le verre

Mercredi, une journée de repos s'impose, impossible de travailler. Les larmes parlent à ma place, je suis dans l'émotion. Un soutien énorme de mes amies me permet le lendemain d'être de nouveau en forme et sereine. Comment? par des marques de soutien et des discussions fort riches.

J'avance en premier sur le don d'ovocyte. L'une de mes meilleures amies m'indique que pour elle nous aider est naturel. Pour contribuer à notre bonheur, cela lui semble évident d'essayer de nous aider car notre situation l'émeut et qu'elle nous souhaite le meilleur. Cela me touche énormément et de mon côté j'avance sur le côté de trouver cela "naturel". Je fais le parallèle avec les problèmes d'argent et me dit que si mes amis étaient en difficultés les aider financièrement me semblerait naturel. 

Le don d'ovocyte prend donc encore plus de noblesse si je puis dire. On n'est pas dans un geste commercial, marchand, en France on est dans un don, le don d'amies, de personnes touchées par notre histoire. C'est énorme.

Et l'après midi les témoignages continuent. Avec humour on me renvoie qu'il va falloir que je fasse "chambre d'hôte" pour accueillir mes amies donneuses à la maison. Moi qui pensais que venir dans ma région pour faire une démarche de don était une montagne finalement, je me rends compte que la montagne peut devenir colline. Je prends encore plus la mesure que la solidarité des femmes est forte.

Quant à la question de la FIV 5, le questionnement sur le miracle est toujours dans ma tête. Les chances de réussite d'une FIV sont tellement faibles... Ce qui m'arrêtait était ma santé et là ça va beaucoup mieux. Je me dis qu'en effet parfois quand il y a peu d'espoir les choses se font. Ma meilleure amie par exemple a cru en sa grossesse et à son fils qui, né à 700 grammes sort bientôt de la maternité. Les pourcentages ne le sont que parce que des gens essaient ou pas...

Doucement j'envisage cette "FIV miracle" avec des conditions particulières pour mon bien être. Je connais les FIV et les conséquences possible sur mon état de santé. J'ai été épuisée en décembre et les conditions pour que je recommence sont claires : être arrêtée dès que je sens la fatigue ou les douleurs, en savoir plus sur le traitement qui va m'être proposé (les doses par jour, le temps de stimulation), savoir les pourcentages de chance ou réussite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)