mercredi 29 février 2012

Choix 1 : Faut-il croire aux miracles?

Dans les trois options de parcours pour croire à notre projet de BB le choix 1 pourrait s'intituler : 

FAUT-IL CROIRE AUX MIRACLES ?

Lors du rendez-vous au CECOS, le détail de notre parcours pma a été posé. Dès lors on a exposé qu'une cinquième FIV nous avait été proposée par notre centre mais que de notre côté nous avions plutôt cheminé vers le don d'ovocyte. 

Pour la Doc du don d'ovocyte qui nous a reçue, à partir du 28 février 2012, date de notre RDV avec elle, le délai d'attente commence et il durera maximum 2 ans (j'en reparle plus tard...).

Dès lors pour elle, les deux tentatives : FIV de nous, FIV avec dons d'ovocytes ne sont pas incompatibles et peuvent se faire à la suite l'une à l'autre si la première échoue. Etant donné ma réflexion ce dernier trimestre, je lui dit que pour moi la réussite d'une 5° FIV relèverait du "miracle". Elle en convient cela reste "très aléatoire" mais me répond que "les miracles existent". Bon.... moi les phrases comme ça sans étayage j'ai besoin qu'on me les commente.
Un peu sur la défensive au regard de nos nombreux espoirs déçus, je poursuis dans mon argumentation et dans ce qui m'a fait prendre le chemin du don d'ovocyte à savoir le problème de l'endométriose.

Pour elle l'endométriose est là et elle grossira avec les stimulations et diminuera avec le traitement de ménaupose car oui, la belle nouvelle de la semaine dernière c'est que les kystes n'ont jamais été si petits. Le traitement est efficace.
Donc en effet pour ma santé, le curseur du ratio risque/avantage pour une nouvelle tentative de FIV pourrait commencer à se déplacer vers "avantage".

En fait elle nous dit que le docteur de la clinique nous suit n'est pas "un illuminé" et qu'il a sûrement une idée derrière la tête pour essayer encore une fois, elle ne sait pas laquelle par contre. En fait c'est à nous de savoir si on veut tenter ou pas cette 5° FIV. 

Comme ça de but en blanc, je ne m'attendais pas du tout à ce style d'entretien, j'en attendais du concret sur le don d'ovocyte et je me retrouve perdue dans mes cheminements, mes espoirs...

J'avais renoncé dans la douleur à tout espoir de FIV de nous deux à cause de l'endométriose et du peu de réussite et là, je me replonge dedans alors que je pensais que c'était du passé.

D'un oeil extérieur on peut se dire mais oui il faut , seulement cette FIV pourrait être baptisée "FIV miracle" tellement les espoirs de réussite semblent pour tous faibles.

Faut-il tenter une FIV, une FIV miracle? A quel prix en terme d'investissement physique et psychologique? Sur le coup, cette question me sonne, je m'apprête à aller travailler l'après midi et puis je reçois un appel...

Une amie m'annonce sa grossesse, une grossesse assez inattendue à ce moment là. Une grossesse alors qu'elle n'y croyait pas. Je me dis tiens, c'est un petit miracle et des histoires de bébés inattendus récemment autour de moi j'en ai vécu trois alors je me dis pourquoi pas moi.....

Je ne sais pas, je ne sais plus quoi faire, que choisir.....

D'autant plus que l'option 2, le don d'ovocyte me paraît bien compliqué à réaliser vu ce qu'on m'en explique. Je suis un peu angoissée et je me dis qu'il va nous demander un sacré investissement...

1 commentaire:

  1. Et bien, je me dis que l'une des solutions que vous choisirez n'exclue pas les autres... c'est aussi rassurant !
    Stéphanie

    RépondreSupprimer

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)