vendredi 16 décembre 2011

Etats d'âme après échec 4° ponction de FIV

Je me racroche à mon couple, à notre amour mais se dire qu'après 4 FIV 3 n'ont rien donné, ça me laisse perplexe et je suis inquiète sur la suite à venir. Durant ce parcours, des phrases m'ont apporté de l'espoir et soulagée : 
Quand l'endométriose est revenue en avril 2010, on m'a dit "si c'est ça, on fera un bébé éprouvette". Je me rappele de ce soulagement enfin je me suis dit, on va arriver à être parents, les gens le disent la FIV ça fonctionne au bout de plusieurs fois mais ça marche.


Bé non, pour le moment ça ne marche pas et les cheminements psychologiques et de couple sont constants : 
au début y'a eu le kyste et la ménaupose artificielle, puis les examens, finalement peut être pas un BB couette.
Puis la FIV classique
Puis la FIV ICSI (avec micro injection)
et des échecs, je crois que je ne suis pas une bonne pondeuse d'ovocytes (maxi 7 avant ponction) et en plus ils sont de mauvaise qualité.
Le mois de juillet 2011 a été plein d'espoir, le 15 juillet on m'a transféré un embryon. C'était un jour de bonheur et d'espérance, pendant 15 jours je parlais à mon "petit chéri", je tenais à lui. Puis ça n'a pas fonctionné.


Mais bon, on nous a parlé d'un traitement plus perfectionné alors on s'est remis à espérer. Pour le coup ça a été la catastrophe sur toute la ligne je trouve. Le moins bon traitement.


J'ai vécu des semaines de doutes et d'angoisse (une en janvier et une en octobre). Elles m'ont pas mal ébranlées, m'ont fait peur sur ma capacité à affronter les mauvaises nouvelles.


De mars 2011 à juillet 2011 par contre je me suis retrouvée très sereine sur la FIV même après deux échecs d'embryons.


Là j'avoue que je ne sais plus comment avancer, dans quel sens, comment se faire orienter. Faut-il refaire des fiv (encore...) pour quels résultats? soigner l'endométriose? comprendre (encore une fois) ce qui s'est passé. je sais pas....
Penser au don d'ovocyte? C'est un sacré cheminement ça aussi. Ca veut dire entre autre, avoir un enfant (peut être) qui n'a pas son patrimoine génétique, c'est dur pour moi de ne pas transmettre ça...
C'est aussi avoir la moitié de nous et peut être la porter, c'est se sentir enceinte et sentir la vie en soi mais bon, c'est long en France et couteux à l'étranger. Comme tout, ce n'est pas sûr.

2 commentaires:

  1. Il est des épreuves plus difficiles que d'autres... vous avez traversé de douloureux moments ; après une si longue attente, je vous souhaite un embarquement proche
    Des bises et @bientôt sur ce joli blog
    Stéphanie

    RépondreSupprimer
  2. Coucou,
    je te découvert via ce billet...et je voulais juste t'envoyer un petit message, pour te transmettre tout mon courage, et toute ma force, dans cette épreuve difficile, que j'ai la chance de ne pas connaître...
    Vos décisions seront les bonnes soit en sûr !

    RépondreSupprimer

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)